La pause
www.pause.pquebec.com
Le quart d'heure quotidien
Plan du site
Accueil
Peinture
Province de Québec
Musique
Lettres
calendrier
Février  2017
 D  L  M  M  J  V  S
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
13
15
16
17
18
19
20
22
23
24
25
26
27
28
cercle
Le lion et l'agneau peuvent coucher côte à côte, mais l'agneau ne dormira sans doute pas très bien. (Woody Allen)


Vivre au Québec


UN PEU DE TOUT
Souvenirs d'enfance
Noël
Jour de l'An
Saint-Valentin
Pâques
Cabane à sucre
Saint-Jean-Baptiste
Halloween
Un chat, pourquoi ?
Musique
La religion
Le hidjab au Québec
Les Bougon
Les mots changent

IL ÉTAIT UNE FOIS
Beau bonhomme
La mémoire
Le fantasme de Roland

COÛT DE LA VIE
Coût de la vie
Salaires

POLITIQUE
Politique
Revenus - Dépenses


À propos
Contact




 

 

 

Halloween



L'Halloween se fête le 31 octobre, la veille de la journée des morts. Les enfants, de trois ans à treize ans, se présentent aux portes du quartier, affublés de déguisements différents, pour demander la charité. En fait, ils recevront des friandises et quelques fois des sous. Souvent, l'école organise une collecte pour un organisme charitable. L'enfant conserve les friandises et remet l'argent collecté.

Cette fête se prépare un mois d'avance. Ce n'est pas simple. Chacun des enfants se transformera. Souvent, le déguisement est constitué de vêtements trop grands empruntés aux parents. Selon l’imagination de la mère, elle pourra confectionner un déguisement se rapprochant le plus possible du personnage choisi par l’enfant. D’autres, plus fortunés, achèteront le déguisement. La touche finale sera le maquillage destiné à faire rire ou à faire peur.

Le grand jour arrivé, le repas du soir se prend très tôt. Les parents aident les enfants pour la dernière touche. Un des parents accompagnera les enfants, alors que la tâche du conjoint sera de recevoir les autres petits monstres qui se présenteront à la porte.

Des adultes, mordus de l’Halloween, ont décoré, quelques jours auparavant, le devant de la maison pour la circonstance : fils d’araignée, monstres en paille, éclairage coloré et la fameuse citrouille. À tous les ans, nous sillonnons les rues du quartier pour admirer la façade de quelques maisons, transformé pour la fête. Certains passionnés investissent beaucoup de temps et d'argent pour monter ces décors fabuleux.

La citrouille est vidée de sa chair. Des yeux, nez et bouche sont découpés et une chandelle est placée à l’intérieur. Cette citrouille sera bien en vue dans la fenêtre ou directement sur le balcon.

Les premiers monstres, butinent déjà de porte à porte. Ce sont les plus jeunes. Ils sont accompagnés par le parent jusqu’à la porte. Quelques portes suffiront à les épuiser et voudront rentrer à la maison. Après tout, ils n’ont que trois ans. Les trottoirs se remplissent de personnages imaginaires et plus monstrueux les uns que les autres. Les moins jeunes se dirigent seuls vers la porte, le parent attend sur le trottoir.

Nous devons quelques fois travailler fort pour gagner les friandises. À une porte, on vous demande de chanter, une autre porte, vous devrez danser. Là où ça devient difficile, c’est quand vous entendez pour la première fois : ‘’Montres-moi ce que tu sais faire.’’ Figé par la question, l’enfant oublie que sa petite danse avait été appréciée à la porte précédente. L’année suivante, l’enfant ne sera pas pris au dépourvue, il dansera ou chantera.

De retour à la maison, c’est le moment de l’inventaire. Les sous sont précieusement mis de côté pour la collecte de l’école. Il n’est pas question de prendre un sou. Ensuite, les bonbons sont comptés et divisés par catégorie. Ma méthode consistait à faire trois paquets de bonbons : meilleurs, ordinaires et les ‘’moins bons’’. Après une inspection minutieuse des friandises par les parents, c’est le moment d’y goûter. Il n’y aura pas vraiment d’abus ; ce trésor durera quelques semaines.

Au Québec, il y a cinquante ans, l’Halloween était très appréciée des enfants et des grands ; elle l’est tout autant aujourd’hui.


Les adultes

Certains se présentent au travail dans leur déguisement préféré, lorsque l’employeur le permet. J’ai déjà surpris Marie-Antoinette, non décapitée, assise devant son ordinateur. Cependant, la majorité des déguisements au travail sont plus discrets.

Au Québec, la journée de l’Halloween, ne soyez pas surpris de trouver à l’intérieur de votre succursale bancaire, monstres en paille, fils d’araignées et caissières avec des moustaches de chat dessinées sous le nez.

Le soir même ou le samedi suivant le 31 octobre, les adultes se réunissent pour fêter l’Halloween avec danse et boissons. Les invités se présentent obligatoirement déguisés. Comme pour les enfants, le déguisement est souvent réalisé avec ce qu’on a sous la main.

Certains louent un costume représentant un personnage connu ; ces costumes loués sont très réalistes et attirent toujours de nombreux compliments. Il y a cependant des costumes qu’il faut éviter. Se déguiser en sirène est spectaculaire, mais pour danser, c’est vraiment encombrant. L’année suivante, la sirène se transformera en ballerine ou fille de joie : les jambes seront plus longues, belles à regarder et plus appropriées pour la danse.




Introduction www.pause.pquebec.com
Tous droits réservés © 2002 - Pierre Bérard